Le Collaborative Washing et l’ESS

Ou les dangers d'un amalgame entre des offres uniquement commerciales et une économie réellement solidaire.
Une étude du CREDOC révèle de fortes évolutions sociétales vers une économie de marché plus collaborative, avec un besoin et une réelle aspiration à Faire Sens.
 
C'est dans la tranche d’âge et le profil type des utilisateurs d'Internet et des réseaux sociaux que l'impact est le plus important.
Tel qu’illustré notamment par un glissement très marqué d'une économie de la possession vers celle de l'usage, où 54% des répondants se déclarent prêts au partage des biens qu'ils possèdent.
 
L'incroyable succès d’AirBnB et d'Uber, pour ne citer que ces derniers, illustre le potentiel financier important de cette économie de la frugalité.
Mais comme pour les nombreuses entreprises qui ont fait un Green Washing de leur image et de leur communication, dans le cadre de la COP21, il appartient aux consommateurs de ne pas faire preuve de naïveté en associant systématiquement la nature collaborative d'une offre à une démarche réellement solidaire.
 
Nous sommes, pour la plus grande partie d'entre elles, clairement dans du Collaborative Washing.
Mathias Thépot, dans son excellent article de La Tribune intitulé "L'économie collaborative n'est pas sociale et solidaire", nous alarme sur les risques d'un amalgame entre les nouvelles formes d'économie collaborative et les Valeurs de l'Economie Sociale et Solidaire.
Si les premières connaissent une croissance et une valorisation qui devraient rapidement les conduire dans cette zone de fragilité d'autres bulles spéculatives avant elles, l'ESS, par effet d'assimilation des offres, court le risque de perte de leurs valeurs.
 
En perdant la bataille du positionnement et de la communication les entreprises de l'ESS, qui représenteraient tout de même près de 10% du PIB Français, pourraient être confrontées à une pénurie en recrutement sur des profils de candidats qui considéreraient que l'économie collaborative est une forme certes moins idéaliste, mais similaire, d’exercice de leurs talents.
 
Avant lui sur Rue89, Robin Prudent interroge sur le même thème Hugues Sibille dans le cadre du "Grand Entretien".
Pour mémoire, Hugues Sibille a été Vice Président du Crédit Coopératif et en est le Président de la Fondation.
Il préside aussi le Labo de l'Economie Sociale et Solidaire, en succession de Claude Alphandéry.
 
Dans cet entretien, Hugues Sibille dénonce lui aussi cette confusion des genres propre au Collaborative Washing.
Je dénonce une certaine confusion de langage subtilement entretenue.
Les gens utilisent de manière synonyme, économie collaborative, économie du partage et économie sociale et solidaire.
C’est une erreur :
ce ne sont pas les mêmes finalités.
Si on y ajoute un angélisme naïf et un manque de volonté entrepreneuriale de la part des acteurs de l'ESS, on peut sérieusement se questionner sur la vitalité à terme d'un modèle qui fait, pourtant, la Noblesse d'une certaine économie à la Française.
 
Crédit Photo : AFP PHOTO / THOMAS SAMSON

Leave a Comment