Le télétravail ou la nécessité du lacher prise

Mais enfin vous voyez bien que je travaille !

Une enquête récente menée auprès de télétravailleurs, sur les inconvénients liés à leur activité à domicile, permet d'illustrer et de chiffrer quelques points très significatifs.
Freins en partie illustrés avec beaucoup de talent par CommitStrip...

29 % des sondés affirment que leur famille voit d'un mauvais œil l'aménagement d'un espace de travail dédié, au sein du foyer.

Près de 39 % d'entre eux estiment que les membres de leur famille prennent leur travail moins au sérieux, lorsqu'ils travaillent à la maison plutôt que sur leur lieu de travail habituel.

38 % des télétravailleurs se sentent isolés et, pour 64 %, regrettent de ne pouvoir côtoyer d'autres professionnels.

La nouvelle notoriété des Espaces de Coworking, dont les médias se font de plus en plus l’écho, n’est pas prête de diminuer si l’on considère certains des points négatifs mentionnés lors de cette enquête.

En effet, alors que cette enquête ne concerne que le télétravail, force est d’admettre qu’elle donne des arguments importants pour envisager de visiter, ne serait-ce qu’une fois, un Espace de Coworking.

C’est justement dans cette optique que l’immense majorité des Tiers-Lieux propose cette première journée gratuitement…
N'hésitez donc pas à venir chez Espace & Co ou Eurêka Coworking pour voir si vous aussi vous ne pourriez pas trouver un bénéfice à séparer vie professionnelle et vie privée.

Sans parler des nombreux avantages liés au seul Coworking.

Coworking : Une aide à la création d’entreprise ?

Plus tôt dans la matinée, nous avons été quelques uns à partager sur Facebook une demande d’un porteur de projet en création d’entreprise.
Dans celle-ci, il est question d’être mis en relation avec des professionnels pouvant accompagner le créateur sur les points suivants :

  • Droit des sociétés
  • Charte graphique
  • WordPress

C’est tellement classique que si l’on y ajoutait Comptabilité et Marketing/Commercial, nous aurions là un embryon d’expression de besoin, pour une formation professionnalisante…
A cette demande, j’ai répondu que ces points trouveraient facilement un écho dans un Espace de Coworking.

On sait qu’il est parfaitement illusoire d’espérer pouvoir trouver l’ensemble des compétences nécessaires, chez un même porteur de projet.
Et pourtant, que l’on en soit à la rédaction de son Business Plan comme pour Les Glaneurs, ou que l’on soit sur le point de créer son entreprise, les coûts pour s’entourer de ce type de compétences sont, bien souvent, mieux alloués ailleurs.
Dans ce cas particulier, la personne à l’origine de la demande se déclare prête à payer pour les services rendus :

Malheureusement, je n’ai pas grandes ressources mais quand je dis « prestations » c’est parce que je souhaite faire cela dans les règles de l’art donc avec devis et facture de votre part et de l’argent de ma part.
Vous pouvez également partager cette publication, me soutenir moralement ou me donner simplement vos conseils en toute amitié…

Il existe de nombreuses formations qui permettent d’accompagner les futurs créateurs, comme celles de la CCI Espace Entreprendre par exemple, mais il ne faut pas ignorer le bénéfice humain et professionnel lié à la fréquentation des Tiers-Lieux, comme le sont les Espaces de Coworking.

A aujourd’hui, la sociologie du travail et celle de la création d’entreprise sont en train d’être réécrite.
De plus, l’expansion des nouvelles technologies permet de créer un véritable mouvement de fond autour du travail collaboratif, cette nouvelle forme de travail qui remet fondamentalement en question les anciennes théories pyramidales du travail.
Dorénavant, le travail se fait en réseau par une agrégation ponctuelle de compétences se formant et se reformant selon les projets, plus rapide et flexible que les structures très hiérarchisées des entreprises.

C’est donc l’occasion d’illustrer à nouveau le concept de sérendipité, cher aux Espaces de Coworking.
La sérendipité c’est trouver tout autre chose que ce que l’on était venu chercher initialement, et d’en reconnaître le bénéfice.
Dans un espace de coworking, et selon la richesse et la vivacité de sa Communauté, se trouvent des profils très divers d’indépendants, de créateurs d’entreprises et d’intervenants externes venus apporter leur Savoir lors d’Ateliers et d’animations ponctuelles.

En une semaine chez Eurêka Coworking, on a pu rencontrer un banquier qui assurait une permanence permettant de valider la rigueur d’un Business Plan ou toutes autres points que l’on désirait lui soumettre, un spécialiste Facebook pour optimiser l’usage et le référencement de sa Page Pro, et de nombreux autres profils.
Avec des compétences en marketing, commerce, web ou encore management.

Cette agrégation de compétences, propre aux Tiers-Lieux, permettrait à notre créateur d’entreprise d’obtenir à la fois la réponse aux questions qu’il se pose, mais aussi un accompagnement et le bénéfice d’une forte synergie créatrice.
Le coworking, c’est souvent faire avec les autres et, ponctuellement, pour les autres.
C’est aider un coworker dont on sait apprécier la difficulté sur un point précis, quand ce point là est une compétence personnelle majeure.
Créer de la compétence, de la plus-value…

Par ce qu’à titre personnel, je peux aider ce porteur de projet sur WordPress, et sur l’expression de sa stratégie d’entreprise, mais que je serai ravi d’être aidé en retour sur les enjeux financiers du financement de mon dossier.
Problème sur lequel il aura peut être de l’avance dans son projet, ou qu’il aura déjà des contacts dont il pourrait faire bénéficier la Communauté des Coworkers, autour de lui.

La sérendipité, c’est venir chacun dans un environnement propice au travail et se trouver en situation d’aider et d’être aidé par d’autres.
Preuve de la vigueur du concept, 87% des entrepreneurs indépendants ont trouvés, au sein des espaces de coworking, matière à contractualiser entre membres de la Communauté…

Orléans en passe de combler son retard

Quand, dans la presse régionale, on présente systématiquement les centres d'affaires ou les offres de location de bureaux comme étant du Coworking, on expose la Communauté des Coworkers à quelques déconvenues.

Bien sûr, pas celle qui est déjà inscrite dans une démarche collaborative d'échange et de mise en réseau des compétences.

Car plus encore que les Tiers-Lieux eux-même, c'est l'ensemble de nos étudiant-entrepreneurs, des indépendants et des télétravailleurs qui ne manqueront pas de pâtir de ce type d'amalgames.

C'est gens qui, portés par un fort désir d'entreprendre sur Orléans et l’AgglO, penseront rejoindre des espaces où les bénéfices humains et professionnels sont importants et aisément démontrables.
 
Changements liés au Coworking
Changements liés au Coworking | Enquête Deskmag
 
Pour se retrouver confrontés à la réalité de ce qui n'est qu'une offre d'immobilier d'entreprise, en quête de repositionnement marketing. Le fameux Collaborative Washing, abordé dans un article précédent.
 
En cela la croissance phénoménale des Espaces de Coworking, partout en France mais aussi dans notre région, doit aussi être vu comme une opportunité de multiplication des interlocuteurs pouvant communiquer sur cette distinction importante auprès des médias, des réseaux sociaux et des nombreux partenaires politique, économique et culturel locaux.
 
Pour ceux qui, demain, porteront haut le flambeau de l'Entrepreneuriat en région Centre, c'est important de ne pas être trompés.
 
Tout comme pour Eurêka Coworking sur Orléans ou Cowork’In Bourges, pour ne citer que ces deux là.
 
Espaces qui participent tous à la redynamisation des territoires et à l’attractivité économique de leur ville respective, en évitant qu’une mauvaise analyse de la presse économique entraîne d’autres publications sur le thème de ce qui suit [extrait de cowork.io].
 
Orléans :
La ville de Jeanne d’Arc n’aimerait-elle pas le coworking ?
Malgré une aire urbaine de près de 400 000 habitants, un seul centre de coworking a ouvert à Orléans.
La ville héberge pourtant une colonie importante de travailleurs franciliens et parisiens, attirés par la qualité de vie et des prix moins élevés.
Ils font quotidiennement la navette entre la capitale et les bords de Loire.
Des clients potentiels, aptes à travailler un ou plusieurs jours par semaine depuis votre centre de coworking.
 
On pourra facilement apprécier l’ironie qui veut que certains pensent, localement, que nous comblons notre retard en matière d’offres de Coworking, quand le constat inverse est fait sur le plan national...
 
Créer son entreprise est toujours un exercice délicat.
Dans ce contexte, l'un des résultats le plus important illustré dans les enquêtes annuelles menées par Deskmag, sur l’univers du Coworking, est que c'est au sein même de la Communauté que se signent les premiers contrats.
Entre Coworkers.
C'est là aussi un très bel exemple de Sérendipité, qui ne saurait se retrouver dans des lieux où les gens ne font, au mieux, que Co-Worker.
Co-Worker, simultanément, mais pas ensemble.
 
Par ce qu’à leur échelle nos Espaces de Coworking contribuent quotidiennement au rayonnement régional, et alors même qu’au CES de Las Vegas Emmanuel Macron s’est fait l’Apôtre de #FrenchTechLoireValley, il est important de ne pas associer les contributeurs qui portent réellement cette démarche et des entreprises qui n’en bénéficient que par effet d’aubaine.
 
Et quand le positionnement d’une offre n'est que de façade...

Le Collaborative Washing et l’ESS

Ou les dangers d'un amalgame entre des offres uniquement commerciales et une économie réellement solidaire.
Une étude du CREDOC révèle de fortes évolutions sociétales vers une économie de marché plus collaborative, avec un besoin et une réelle aspiration à Faire Sens.
 
C'est dans la tranche d’âge et le profil type des utilisateurs d'Internet et des réseaux sociaux que l'impact est le plus important.
Tel qu’illustré notamment par un glissement très marqué d'une économie de la possession vers celle de l'usage, où 54% des répondants se déclarent prêts au partage des biens qu'ils possèdent.
 
L'incroyable succès d’AirBnB et d'Uber, pour ne citer que ces derniers, illustre le potentiel financier important de cette économie de la frugalité.
Mais comme pour les nombreuses entreprises qui ont fait un Green Washing de leur image et de leur communication, dans le cadre de la COP21, il appartient aux consommateurs de ne pas faire preuve de naïveté en associant systématiquement la nature collaborative d'une offre à une démarche réellement solidaire.
 
Nous sommes, pour la plus grande partie d'entre elles, clairement dans du Collaborative Washing.
Mathias Thépot, dans son excellent article de La Tribune intitulé "L'économie collaborative n'est pas sociale et solidaire", nous alarme sur les risques d'un amalgame entre les nouvelles formes d'économie collaborative et les Valeurs de l'Economie Sociale et Solidaire.
Si les premières connaissent une croissance et une valorisation qui devraient rapidement les conduire dans cette zone de fragilité d'autres bulles spéculatives avant elles, l'ESS, par effet d'assimilation des offres, court le risque de perte de leurs valeurs.
 
En perdant la bataille du positionnement et de la communication les entreprises de l'ESS, qui représenteraient tout de même près de 10% du PIB Français, pourraient être confrontées à une pénurie en recrutement sur des profils de candidats qui considéreraient que l'économie collaborative est une forme certes moins idéaliste, mais similaire, d’exercice de leurs talents.
 
Avant lui sur Rue89, Robin Prudent interroge sur le même thème Hugues Sibille dans le cadre du "Grand Entretien".
Pour mémoire, Hugues Sibille a été Vice Président du Crédit Coopératif et en est le Président de la Fondation.
Il préside aussi le Labo de l'Economie Sociale et Solidaire, en succession de Claude Alphandéry.
 
Dans cet entretien, Hugues Sibille dénonce lui aussi cette confusion des genres propre au Collaborative Washing.
Je dénonce une certaine confusion de langage subtilement entretenue.
Les gens utilisent de manière synonyme, économie collaborative, économie du partage et économie sociale et solidaire.
C’est une erreur :
ce ne sont pas les mêmes finalités.
Si on y ajoute un angélisme naïf et un manque de volonté entrepreneuriale de la part des acteurs de l'ESS, on peut sérieusement se questionner sur la vitalité à terme d'un modèle qui fait, pourtant, la Noblesse d'une certaine économie à la Française.
 
Crédit Photo : AFP PHOTO / THOMAS SAMSON

Le « coffice » ou mon bureau au bistrot

Un article de Catherine Rollot sur Le Monde qui illustre cette tendance qui se développe tout autant que celle du Coworking, le coffice.
Néologisme évidement construit par l’agrégation de Coffee et Office.
Et même si l'on est adverse à toutes formes d'anglicisme, force est de constater que cela sonne moins mal que son équivalent en Français...

Pour ceux qui auraient besoin de passer par l'étape du travail dans les cafés, avant de découvrir les avantages du Coworking.
L'un n'empêchant pas l'autre par ailleurs.
Grand porte drapeau de cette tendance, les Anticafé(s) Parisiens...

Que représente 60 secondes sur les réseaux sociaux ?

Pour celles et ceux qui seraient rester sur leur faim après la vidéo "What's the ROI of you mother?".
Une infographie assez classique, dans son sujet et son formalisme, illustrant l'importance et l'immédiateté de ces nouveaux médias.

Dans un secteur d'activité comme celui du Coworking, où les médias traditionnels luttent encore majoritairement avec l'idée que les Tiers-Lieux ne sont pas qu'une nouvelle offre d'immobilier d'entreprise, c'est une composante essentielle de la forte vitalité des Communautés.

60 secondes de réseaux sociaux

 

Un bien commun d’intérêt général coconstruit

Voila, c'était probablement inévitable, mais je suis sur le point de partager une information en provenance de L'Humanité.
Si.

Et en plus je participe à la dissémination de l'information traitée par Adelphe 
de Taxis 
du Poët, par ce que je suis à 100% derrière l'article et la cause abordée.

Ceux qui me connaissent savent que je travaille sur un projet de création d'un espace de coworking sur Orléans, s'inscrivant dans une démarche participant à l'ESS.
Et non seulement ce projet sera Social, mais il le sera d'autant plus qu'il s'articulera autour d'une SCOP/SCIC.

Le statut coopératif des SCIC (propriété collective, lucrativité encadrée, gestion démocratique) permet le dépassement de la logique du profit de court terme.
Sa création de valeur s’inscrit dans une tension créative entre enjeux de société, réponse à des besoins sociaux, démocratie et démarche économique.

Maintenant que le site Internet des Glaneurs est en ligne, il me sera plus facile d'expliquer comment un projet de redynamisation des territoires peut aussi s'inscrire dans un lien social fort.
Tellement fort que j'en viens à faire la promotion de cette économie de la frugalité, via un article de L'Humanité.
L'année 2016 promet d'être intéressante en tout cas.

Pourquoi il est temps d’oublier l’ordre hiérarchique

TED Talks :

Belle intervention de Margaret Heffernan, autour de l'évolution de la sociologie du travail et l'échec du modèle traditionnel des "super poules" comme outil managérial des compétences en entreprise.

Comme souvent pour les TED Talks, ou pour les TEDx régionaux, le bénéfice à tirer est tout simplement incroyable si l'on prend le temps de bien s’interroger sur les applications professionnelles et personnelles que peuvent avoir ces présentations.
A titre personnel, c'est forcement un élément validant les nouvelles formes de travail où le Coworking et la sérendipité sont des facteurs de performance et d'épanouissement.

En Anglais, mais sous titrés et bénéficiant aussi d'une retranscription intégrale de la langue de Molière...

Pourquoi les startups ont besoin des quinquas

50 is the new black!

Loin du jeunisme auquel les startups nous ont habitué, cet article de Sue Chen nous explique pourquoi il y aurait un fort bénéfice à employer nos seniors.
Ou, à tout le moins, de ne pas s'inscrire dans cette fâcheuse habitude qui consiste à s'en débarrasser, dès que la moindre occasion se présente...

Why startups need more people over 50

Dans l'intervalle pour cette catégorie de travailleurs, restent l'entrepreneuriat et le Coworking comme alternatives crédibles à ce processus obsolescence.
A ce titre, un nombre non négligeable de coworkers sont des seniors qui s'inscrivent dans une démarche d'accompagnement et de coaching.

Soleil Vert

Heureusement pour notre société, nous ne sommes pas dans Soleil Vert.